KVS x Paris (City of Color)

Le dramaturge de ville du KVS, Tunde Adefioye, blogue sur Paris, James Baldwin et Malcolm X.

« Un des avantages de vivre à Bruxelles est la proximité d’autres grandes villes européennes. Avant même que les noctambules ne soient rentrés chez eux, avant que l’aube n’éclaire la ville, je me lève pour prendre un autocar à destination de Paris, où je vais assister à une conférence sur James Baldwin, l’écrivain noir prolifique et ouvertement homosexuel.

Arrivé à Paris, il faut brièvement que je me réoriente dans le vaste réseau du métro parisien à côté duquel celui de Bruxelles s’évapore dans le néant. Cependant, il y a abondance de ressemblances entre les deux villes. Une similarité frappante est la présence de contrôles de sécurité aux endroits très fréquentés et la façon dont ceux-ci font petit à petit partie de notre quotidien. Ainsi, des contrôles de sécurité sont effectués aux entrées des amphithéâtres universitaires dans lesquels différents débats ont lieu à propos ou inspirés de l’œuvre de Baldwin. En temps de contrôles renforcés, il est important d’utiliser la culture pour créer des espaces dans lesquels les voix les plus marginalisées peuvent être entendues. Et c’est précisément pour cette raison que la conférence autour de James Baldwin est si importante.

Chercheurs, écrivains, artistes, intellectuels venus de villes comme Brisbane, Manille, Houston et bien entendu aussi Bruxelles se rassemblent pour célébrer James Baldwin et discuter de sa vie et de son œuvre. De l’auteur écossais Jeff Campbell, qui a connu personnellement Baldwin et a écrit sa biographie, à l’auteur, acteur et créateur de théâtre Charles Reese qui fait une présentation vibrante dans laquelle il entremêle des extraits de son spectacle off Broadway, des negro-spirituals et de nombreuses citations percutantes de Baldwin. Les propos des intervenants mettent les participants à la conférence au défi de porter un regard différent sur ce héros (parfois mythifié) à la fois de la communauté LGBT et des cercles littéraires noirs – et bien au-delà.

Photo : James Baldwin avec la chanteuse légendaire Nina Simone

Une autre présentation marquante provenait de l’Afro-Américaine demeurant à Bruxelles, Dorrie Wilson. Elle a présenté un rapport sur les jeunes de couleur à Paris et à Bruxelles, toujours discriminés à ce jour, surtout si de surcroît ils sont musulmans. Dorrie Wilson était aussi présente à une récente assemblée de quartier à Le Space, à Bruxelles, autour de la production théâtrale Malcolm X. Cette réunion était organisée afin d’engager le dialogue avec les habitants du quartier à propos d’un spectacle que préparent au KVS l’auteur Fikry El Azzouzi, le metteur en scène Junior Mhtombeni et le compositeur Cesar Janssens. Bientôt, ces nouveaux visages du KVS s’attaquent donc à une autre légende de Harlem : Malcolm X. James Baldwin et Malcolm X se sont souvent croisés. Parfois, leurs opinions divergeaient, mais ils étaient entièrement d’accord sur un point : le besoin de libération des opprimés. Même si tous deux se concentraient sur l’émancipation des noirs en particulier, leur approche différait ainsi que le public qu’ils touch(ai)ent. Toutefois, tous deux faisaient cruellement défaut sur la place qu’ils attribuaient aux femmes dans leurs écrits créatifs et théâtraux, et ce, en dépit du rôle important que des femmes de caractère ont joué dans leur propre vie.

Avec le prochain spectacle et guidés par des voix de l’assemblée de quartier mentionnée ci-dessus, nous espérons rompre le silence et rectifier le tir. Nous sommes impatients d’accueillir les nombreuses voix qui, de quelque façon que ce soit, sont influencées par Malcolm X.

Venez en octobre au KVS voir comment nous avons porté à la scène le mythe et la réalité de Malcolm X ! »