OUDER KIND

Raven Ruëll & Bruno Vanden Broecke / KVS

Merveilleux fils.
Mon aîné.
Je voulais te demander quels sentiments dominent en toi
par un soir comme celui-ci.

J’ai moins souvent considéré la paternité comme un enrichissement que le contraire.
Je me souviens clairement
la façon dont tu étais, à l’âge de trois ans,
entièrement obnubilé par un puzzle,
qui représentait un village de Schtroumpfs.
J’avais redressé le couvercle de la boîte sur lequel figurait l’image.
Je t’apprendrais à assembler des puzzles.

Un : les coins.
Il n’y en a que quatre. On les cherche en premier.
Et on les met de côté.
Deux : les pièces avec un côté rectiligne.
Celles-là aussi, il faut les mettre de côté.
Trois : avec ces pièces, on construit le cadre.
Ce n’est qu’ensuite qu’on passe à l’étape suivante.
Quatre : le reste.
Avec ça, on va remplir le cadre.
C’est comme cela qu’on assemble un puzzle.

Mais tu étais encore beaucoup trop jeune pour un puzzle.

Il comportait 100 pièces, il me semble.
Tu as pris une pièce, tu me l’as montrée et tu as ri.
Toutes les pièces étaient aussi intéressantes.
Et chaque pièce s’assemblait à n’importe quelle autre pièce.

Au bout d’un temps, je commençais à regarder
ces pièces de puzzle à travers tes yeux.
Et j’ai reçu un coup.
Littéralement.
J’ai senti un coup.
Derrière les yeux.
Pure. Pure. Jalousie.
Je voulais aussi pouvoir regarder ainsi.
Et oublier ce système.
Coins. Côtés. Pièces.
Oublier.
Je voulais, comme toi
voir un morceau de bras bleu de Schtroumpf
et lui chercher un corps de Schtroumpf
pas forcément adéquat,
Je voulais pouvoir admirer chaque pièce.
Au lieu de vouloir à tout prix assembler ce puzzle.

Quel est l’intérêt d’établir des associations ?
Cela nous rend plus intelligents.
Cela nous offre une vue d’ensemble.
Cela nous aide à comprendre.
Mais cela nous rend-il plus heureux ?

Cette nuit, après t’avoir « aidé »,
car c’est ce que des parents sont censés faire,
j’ai bu pour redevenir un enfant
qui rit de chaque pièce de puzzle.

Et maintenant, mon fils :
maintenant,
en ce moment,
même sobre, gravement malade, je sais :
À l’approche de la mort,
je vois les choses pour la dernière fois,
douloureusement conscient,
mais avec la même force
que celle avec laquelle je les ai vues pour la première fois,
délicieusement inconscient.

Je suis un parent enfant.

Bruno Vanden Broecke et Raven Ruëll travaillent ensemble pour la dixième fois. Ils se connaissent depuis vingt ans.

Durée
90
Prix
€ 20 (cat.1) / € 17 (cat.2)
reduction
€ 17 (cat.1) / € 13 (cat.2) / € 9 (-26)
Premiere
24.01.2019
Catégorie
Théatre
Information

25.01.2019 - DISCUSSION avec RAVEN RUËLL & BRUNO VANDEN BROECKE
30.01.2019 - 19:10 - INTRODUCTION avec STEFAN MOENS

NL