KVS logo

17 KVS 18

2017 - 2018

 

« La ville sans frontière comme moteur de l’innovation »

Avec ses 48 868 visiteurs la saison passée, soit 2 272 de plus que l’année précédente, le KVS bat un nouveau record d’affluence. Jamais auparavant, autant de gens n’avaient trouvé le chemin du théâtre. De nouvelles voix ont occupé la scène et un ensemble de comédiens et de créateurs super-divers a fait forte impression. Avec des critiques attribuant cinq étoiles à Cold Blood, Malcolm X et Para, avec une nouvelle production de Sachli Gholamalizad et de Valentijn Dhaenens, avec un marathon de théâtre autour de l’Odyssée, et tant d’autres spectacles…

 

Un théâtre de la ville du futur

Pour la première saison sous une nouvelle direction, le KVS et ses trois dramaturges de ville, Tunde Adefioye, Kristin Rogghe et Gerardo Salinas, souhaitent poursuivre le développement du théâtre de la ville du futur. Pour constater que ce ne sont pas des mots creux, mais un nouveau modèle de théâtre de la ville qui s’échafaude, il suffit de prendre connaissance du programme de la saison prochaine. Malgré les restrictions budgétaires – moins de subventions que promis en vertu du dossier très bien accueilli –, l’équipe artistique a opté pour une programmation osée, résolument tournée vers l’avenir et qui embrasse la ville dans toute sa complexité et sa diversité. L’objectif : revitaliser et rénover les arts. Entre-temps, le modèle des dramaturges de ville du KVS a déjà fait des émules au-delà de nos frontières nationales : Rotterdam vient d’engager un dramaturge de ville. « Nous poursuivons notre quête de ce qu’est le théâtre de la ville du futur en associant la ville plus étroitement encore, en engageant plus de partenariats et en optant sans ambages pour la transgression formelle et le plurilinguisme », dixit le directeur artistique Michael De Cock. « Ce plurilinguisme ou cette internationalisation de l’intérieur, conjointement aux réseaux des trois dramaturges de ville, rendront notre travail encore plus visible sur la scène internationale à l’avenir. Ce sont là nos nouveaux défis. »

Huit nouvelles productions

Dans Onbezongen, Valentijn Dhaenens analyse la façon dont notre monde occidental aborde le pouvoir. Vincent Steur, ancienne plume de Barroso, a écrit le discours qu’aucun politicien n’a osé prononcer, jamais. On retrouve la même intensité dans Drarrie in de nacht. Junior Mthombeni, Fikry El Azzouzi et Cesar Janssens, qui ont inauguré la saison passée avec Malcolm X, adaptent cette fois le roman à succès d’El Azzouzi au théâtre. Nouveau membre de l’ensemble et femme de théâtre primée, la Montoise Sylvie Landuyt crée le spectacle Do you wanna play with me? dans lequel elle met en lumière la façon dont des jeunes s’enferment, tout comme leurs parents, dans un monde virtuel débordant de langage et d’images explicites. Puis, il y a encore : le projet urbain hors les murs Mapping Brussels ; la troisième édition de SLOW, la combinaison de théâtre et de poésie slam ; et la première de From Molenbeek with Love de Yassin Mrabtifi, le premier opus que signe ce chorégraphe et danseur. Il y a en outre la collaboration exclusive entre le KVS, la Toneelhuis et NTGent avec la compagnie de théâtre FC Bergman. En hommage à l’écrivain Hugo Claus, décédé il y a dix ans, nous reprenons la pièce légendaire Het leven en de werken van Leopold II et au printemps, nous présentons la première du spectacle Dernier Lit mis en scène par Christophe Sermet.

Un ensemble multicolore et de mixité des genres

Nous vivons une époque de polarisation. Un an après les attentats à Bruxelles, la blessure de la ville et du pays n’a pas encore cicatrisé. Certains citoyens, politiciens et faiseurs d’opinions y voient une raison d’opérer un repli identitaire. Le KVS opte quant à lui délibérément pour la rencontre, la confrontation et le lien. Cela ne veut pas dire que nous choisissons invariablement de l’art qui fasse consensus et plaise à tous. Il faut parfois ruer dans les brancards. Pensez à Malcolm X ou Deburkanisation de Rachida Lamrabet. Michael De Cock : « Le KVS joue la carte de l’avenir. Nous recherchons le dialogue avec des artistes qui traitent de thèmes et de sujets qui importent en ce moment. C’est pour cela que nous avons choisi comme fils rouges de la saison la nouvelle urbanité, l’intersectionnalité et la décolonisation. » Pour porter ce message, le KVS a réuni un ensemble international, multicolore, plurilingue et de mixité des genres. Sukina Douglas (UK), Sylvie Landuyt (Mons), Pitcho Womba Konga, Yassin Mrabtifi, Farm Prod (collectif de street art) rejoignent l’ensemble. Ils travailleront côte à côte avec les forces motrices Sachli Gholamalizad, Valentijn Dhaenens, Junior Mthombeni, Fikry El Azzouzi, Bruno Vanden Broecke, Mesut Arslan, Josse De Pauw, Wim Vandekeybus, Jaco Van Dormael. Un dramaturge de ville nous vient d’Argentine, un autre des États-Unis. L’ensemble au complet a des racines qui s’étendent au monde entier. « Oui, nous aimons l’afficher », avoue De Cock. « C’est une rupture de style pour un théâtre municipal flamand, et la voie vers un changement de paradigme, vers une extension du canon, vers un élargissement du public et vers le théâtre de demain. »

Le courant artistique sous-jacent de la ville

Le monde change vite, surtout dans la ville, où débarquent sans cesse de nouvelles personnes et de nouveaux courants artistiques. Le KVS souhaite orienter le passionnant courant artistique sous-jacent de la ville de la rue à la scène et a élaboré à cette fin diverses formules que nous souhaitons étendre. Cette saison, SLOW sera dirigé par un(e) slameur/se de Kinshasa. Work in Progress, qui offre au talent émergent une demi-heure de scène pour faire ses preuves, connaîtra sa deuxième édition. WOW / We orchestrate words, en partenariat avec le Brussels Jazz Orchestra, jette un pont entre des artistes urbains et l’éminente formation bruxelloise de jazz. Résultat : slam, hip-hop et jazz se fondent en une symphonie. Le projet interactif de poésie RISE UP, dirigé par l’artiste de slam londonienne Sukina Douglas, aura aussi une suite cette saison. Nous poursuivons par ailleurs notre démarche d’ouverture vers la ville avec MAPPING BRUSSELS, en partenariat avec Mestizo Arts Platform. Le but est de dresser une cartographie de la ville qui donnera lieu à des performances hors les murs, à un plan de la ville et à une promenade en ligne.

Plurilinguisme

Plus que les saisons précédentes encore, le KVS souhaite miser sur le plurilinguisme, une donnée typique de la grande ville dont fait partie notre maison de la culture. Dans les spectacles Do you wanna play with me?, Drarrie in de nacht et Kuzikiliza, on parle différentes langues, tout comme la saison passée dans Malcolm X. Cette saison, le KVS présente deux premières en français : Dis-moi wie ik ben dans laquelle Aminata Demba et Aïcha Cissé emmènent le spectateur en quête d’identité. L’islamologue français Rachid Benzine revient au KVS avec une série de conférences intitulée Le Coran expliqué aux Bruxellois et avec un nouveau spectacle, Lettres à Nour. Quasi tous nos spectacles sont surtitrés afin d’être accessibles aux néerlandophones ainsi qu’aux francophones.

Danse

La danse joue un rôle important au cours de cette nouvelle saison. Outre nos partenaires habituels, Wim Vandekeybus (Mockumentary of a Contemporary Saviour et In Spite of Wishing and Wanting) et Peeping Tom (Moeder), une nouvelle génération fait son entrée sur notre scène : Seppe Baeyens (Invited), Yassin Mrabtifi (From Molenbeek with love) et le festival Lezarts Urbains.

Formules d’abonnement spéciales

À partir du 25 avril prochain commence l’action « réservation anticipée » : un abonnement personnel d’au moins six productions au choix vous fait bénéficier de 40 % de réduction jusqu’au 14 mai.

À l’occasion de nos 130 ans d’existence, nous proposons la formule « The Royal Treat » : pour 130 euros, vous avez droit à dix billets au choix, et d’éventuels spectacles supplémentaires vous reviennent aussi à 13 euros le billet. Qui plus est, le KVS vous offre treize fois un verre.

Bio

Nouveau membres de la famille KVS

PITCHO WOMBA KONGA

Pitcho Womba Konga est rappeur, producteur et acteur. Artiste multidisciplinaire, belge d’origine congolaise, Pitcho Womba Konga est arrivé en Belgique dans les années 80 avec son père qui a fui le régime totalitaire de Mobutu. Éloigné de ses racines, Pitcho est en quête d’identité. Il trouve refuge dans l’écriture et la culture hip-hop qui lui permettent de s’exprimer. Depuis 2003, il a sorti trois albums solos. Il s’est produit sur les scènes du monde entier dans des spectacles de théâtre de Peter Brook, Amadou Hampâté Bâ, Ruud Gielens, Joël Pommerat, et bien d’autres. À l’écran, on a pu le voir dans le thriller Wasteland (2014) et dans le court-métrage De Overkant (2015). Selon Pitcho, le KVS témoigne d’une capacité et d’une volonté à s’intéresser aux rues de la capitale, mais avec le regard dirigé vers le monde.

 

SYLVIE LANDUYT

Sylvie Landuyt est une créatrice de théâtre pur-sang. Elle est auteure, actrice et metteuse en scène. À partir de 2008, elle est invitée comme conférencière au conservatoire royal de Mons/Arts. Depuis janvier 2015, elle y est directrice du département théâtre. Entre-temps, elle crée et écrit Elle(s), basé sur la figure de Don Juan, joué à Avignon et qui lui profile une belle tournée à travers la France. Le spectacle Elle(s) a remporté le Prix de la Critique pour le meilleur auteur. En tant que femme de théâtre francophone, elle a sciemment opté pour le KVS : « J’aime cette langue, le néerlandais, les langues en général, la langue, les mots, j’aime la complexité de la Belgique et en même temps son esprit droit et simple. Être au KVS aujourd’hui, c’est retrouver mon identité complète. »

 

YASSIN MRABTIFI

Dans son œuvre, Yassin Mrabtifi réunit la culture pop, la danse contemporaine, le cinéma, les arts martiaux et le hip-hop. From Molenbeek with Love est son premier spectacle en solo en tant que chorégraphe et danseur. Yassin danse depuis ses treize ans. De même que bon nombre d’autres danseurs de hip-hop, il apprend tous les genres – comme le popping, le locking et la breakdance – dans les gares et stations de métro à Bruxelles. Yassin a ainsi développé un langage artistique hautement personnel et accessible, un mélange de danse contemporaine et urbaine et de comédie stand-up. Il engage le dialogue avec le public à propos de l’influence de l’art sur la société, sur l’identité et sur la commune bruxelloise qui est la sienne. Depuis 2013, il fait partie de la compagnie Ultima Vez et à partir de la saison prochaine, il rejoindra l’ensemble du KVS.

 

SUKINA DOUGLAS

Sukina Douglas fait partie du duo de spoken word et de hip-hop, Poetic Pilgrimage. Elle parcourt la planète pour animer des ateliers de poésie : au Royaume-Uni, aux États-Unis, en Afrique du Sud, en Suède, au Maroc, en Belgique, etc. Son objectif : inspirer les gens par le pouvoir des mots. Régulièrement invité par les médias étrangers, le duo Poetic Pilgrimage a fait l’objet d’un documentaire retentissant intitulé Hip Hop Hijabis sur la chaîne de télévision internationale Al Jazeera. La saison passée, Sukina a fait ses débuts de comédienne dans la production à succès Malcolm X du KVS et a animé les ateliers de poésie Rise Up. L’ambitieux projet a adopté une approche unique : faire entrer en dialogue des Bruxellois de tous horizons.

 

FARM PROD

FARM PROD est un collectif bruxellois qui a vu le jour en 2003 et réunit différents artistes plasticiens autour de projets créatifs tout aussi divers. Depuis une quinzaine d’années, la convergence de leurs énergies et de leurs talents individuels les a menés à participer et à organiser de nombreux événements artistiques, tant en Belgique qu’à l’étranger. Au fur et à mesure de leurs multiples expositions et performances, FARM PROD s’est spontanément focalisé sur l’espace urbain et les peintures murales. Une caractéristique importante de leur travail collectif est le désir de créer un univers homogène en adaptant l’intervention artistique à son contexte.

Reviews

25.04.2017 - Uit in Vlaanderen - SLOW #03: KIN <>BRU
25.04.2017 - BRUZZ - KVS boekt bezoekersrecord
25.04.2017 - Het Laatste Nieuws - Het nieuwe seizoen van KVS

Credits

Pictures

Veuillez trouver ci-dessous les photos de presse en haute résolution de nos propres spectacles. Celles-ci peuvent être utilisées dans le cadre de la publication d’informations gratuites à propos du KVS. (Le nom du photographe doit toujours être mentionné explicitement mentionné.)

PERSVERANTWOORDELIJKE

Inge Jooris
inge.jooris@kvs.be
0483 54 73 88

(INTER)NATIONALE SPREIDING

Saskia Liénard
saskia.lienard@kvs.be
0496 55 19 92
Reviews