KVS logo

Mockumentary of a contemporary saviour

Wim Vandekeybus / Ultima Vez

"Science fiction is not predictive. It is descriptive.


I talk about the gods, I am an atheist. But I am an artist too, and therefore a liar.
Distrust everything I say. I am telling the truth."

- Introduction in The Left Hand of Darkness by Ursula K. Le Guin

 

Nous sommes dans un futur lointain. L’histoire de l’humanité a atteint un point de rupture. Une force destructrice est en train de balayer définitivement toute vie de la terre. Avec l’aide d’un enfant, quelques personnes ont pourtant réussi à atteindre un endroit sûr. Mais la vie dans ce safe room n’a rien d’évident. En bons humains qu’ils sont, les survivants ne cessent de s’affronter. De plus, les « élus » ne peuvent échapper à la vie. Ils sont en effet immortels, si bien que le suicide ne leur offre aucune issue.

La relation ambiguë avec l’enfant, les conflits internes, les différences culturelles, les instincts et ressorts propres à l’homme créent un traumatisme permanent. Le désir de se rendre aux forces destructrices du monde extérieur n’est jamais bien loin. L’humanité vaut-elle bien la peine d’être sauvée ?

Dans Mockumentary of a Contemporary Saviour, spectacle de théâtre et de danse, Wim Vandekeybus dresse le portrait lucide d’un messie en tant que personnage fictif à travers sept figures. Utopie et dystopie se rejoignent. Les apparences sont trompeuses dans cette réalité futuriste:

DANS LA PRESSE: 

07.04.2017 - LeVif - Jésus revient
07.04.2017 - La Libre - Danser avec les élus dans un trou noir
14.04.2017 - Musiq'3 - Wim Vandekeybus - Mockumentary of contemporary saviour
18.04.2017 - La Libre - "Mockumentary" ou les limites du symbolisme

 

Bio

Wim Vandekeybus 
est né à Herenthout le 30 juin 1963. Son père était vétérinaire. Après l’enseignement secondaire, Wim Vandekeybus est parti à Louvain, pour y étudier la psychologie. En 1985, il s’engage dans une voie toute nouvelle et passe une audition pour Jan Fabre qui lui donne un rôle dans The Power of Theatrical Madness. Un an plus tard, il fonde Ultima Vez.

Son premier spectacle What the Body Does Not Remember est devenu un succès international. Il lui a valu un Bessie Award (New York Dance and Performance Award) récompensant une oeuvre novatrice. Presque une trentaine d’années et toute une série d’oeuvres filmées et de vidéos plus tard, Wim Vandekeybus poursuit sa quête de la nouveauté et de l’innovation: “Pour moi, la forme doit être chaque fois différente, dit-il. C’est pour ça qu’une fois, je crée un spectacle très musical (nieuwZwart ou Speak low if you speak love ….), que la fois d’après je place un seul homme face à un film (Monkey Sandwich), que je mets en scène une pièce mythologique classique (Oedipus/bêt noir) ou que je monte un spectacle-analyse où la théâtralité joue un rôle majeur (booty Looting ou Talk to the Demon).”

Pourtant dans toutes ces productions si différentes, Ultima Vez reste fidèle à son propre langage du mouvement. Tension, conflit, body face à mind, risques et impulsions. Corporéité, passion, intuition, instinct. Ces piliers ne disparaîtront jamais de l’œuvre de Vandekeybus. Ils prennent simplement chaque fois une autre forme. 

Cette multiplicité de projets est rendue possible, pour une part, grâce à la collaboration avec des danseurs, des circassiens, des acteurs, des musiciens et d’autres artistes issus des disciplines les plus diverses. Et tout naturellement la musique, le son sont devenus le fil conducteur de son oeuvre. Peter Vermeersch, Thierry De Mey, David Byrne, Marc Ribot, Eavesdropper, David Eugene Edwards, Daan, Arno, Charo Calvo, Mauro Pawlowski, Roland Van Campenhout et Elko Blijweert ont écrit la musique de ses spectacles. En règle générale, les compositions sont écrites pendant le processus de répétition: spectacle et musique évoluent ensemble. Mais la photographie et le texte ont eux aussi des roles tout aussi importants. Dans booty Looting, Danny Willems a fait des photos: l’oeil rivé à l’objectif, il arpentait la scène parmi les performers et projetait ses photos en direct. L’auteur Peter Verhelst a signé des textes à quatre reprises (Scratching the Inner Fields, Blush, Sonic Boom, nieuwZwart) et Vandekeybus a ressorti pas moins de trois fois l’adaptation d’OEdipe de Jan Decorte, pour Bêt noir, avant d’en avoir fini avec ce texte.
En décembre 2012, Wim Vandekeybus a reçu le Prix Keizer Karel que la province de Flandre orientale décerne tous les trois ans. Ce prix récompense l’artiste pour ses mérites exceptionnels dans le domaine de l’art et de la culture, son engagement et son rôle envers les jeunes générations. Un an plus tard, Wim Vandekeybus et Ultima Vez sont le sixième lauréat du Prix Evens pour l’Art. Ils reçoivent le Prix pour leur contribution considérable à la danse moderne en Europe, pour leur oeuvre multidisciplinaire et pour leur engagement social et culturel.

En septembre 2015 sort le premier long métrage de Vandekeybus Galloping Mind. Tourné en Hongrie et au bord de la Mer Noire en Roumanie, le film raconte une histoire dramatique de liens familiaux, de trahison et de triangles relationnels avec Jerry Killick, Natali Broods et une bande d’enfants à cheval dans les rôles principaux.

En 2016 Ultima Vez fête ses 30 ans.The Rage of Staging, ouvrage longtemps attendu de et sur Wim Vandekeybus, arrive à point pour célébrer cet anniversaire. Il offre un regard exclusif sur l’esprit et l’âme du chorégraphe et propose, outre des articles de collègues artistes et des textes et notes inédits, plus de 400 photographies uniques de son répertoire.

Reviews

29.03.2017 - De Morgen selectief - Mockumentary of contemporary saviour
05.04.2017 - Knack - 'Ja, God is hot dezer dagen'
07.04.2017 - Focus Le Vif - Jésus revient
08.04.2017 - DS Weekblad - Hear Hier
12.04.2017 - één - Cath & Gasten
13.04.2017 - Trends - Gezocht: Messias
14.04.2017 - Klara - Happy Hour
14.04.2017 - Culture Club Magazine - Vandekeybus over Vandekeybus
15.04.2017 - De Standaard - God staat weer op het toneel
18.04.2017 - De Standaard - Wachten op een valse profeet ***
19.04.2017 - Het Nieuwsblad - Everything happens for a reason ***

Quotes

« Entre théâtre et danse, spiritualité et humour, individualités forcenées et huis clos mondialisé. »
- Le Vif/l’Express -
« Vandekeybus s’amuse ici à rebâtir le socle de notre humanité en imaginant l’avènement d’un nouveau messie à travers sept « élus », sept personnages immortels en quête du sens de la vie. »
- Le Soir -

Credits

MISE EN SCÈNE, CHORÉGRAPHIE Wim Vandekeybus CRÉE ET INTERPRÉTÉ PAR Anabel Lopez, Maria Kolegova, Yun Liu, Saïd Gharbi, Jason Quarles, Flavio D’ Andrea aussi INTERPRÉTÉ par Wouter Bruneel aussi CRÉE par Daniel Copeland TEXTE Bart Meuleman & Ultima Vez ASSISTANT ARTISTIQUE Jerry Killick, Aïda Gabriëls dramaturgie AÏDA GABRIËLS, Jerry Killick SCÉNOGRAPHIE Wim Vandekeybus, Meryem Bayram MUSIQUE & CRÉATION SON Charo Calvo cocréation son & REALISATION INFORMATIQUE MUSICALE IRCAM Manuel Poletti VOIX SAVIOUR Maxim Daish Belay ASSISTANT MOUVEMENT GERMAN JAUREGUI CRÉATION LUMIÈRE Davy Deschepper, Wim Vandekeybus STYLISME Isabelle Lhoas ASSISTÉE D' Isabelle De Cannière COORDINATION TECHNIQUE Davy Deschepper RÉGIE SON Bram Moriau assisté par Martin Antiphon (IRCAM) STAGE MANAGER Tom De With SFX Zephyr Wildlife, Saskia Verreycken PRODUCTION Ultima Vez COPRODUCTION KVS (Bruxelles), Ircam (Paris), deSingel (Anvers)

Pictures

Veuillez trouver ci-dessous les photos de presse en haute résolution de nos propres spectacles. Celles-ci peuvent être utilisées dans le cadre de la publication d’informations gratuites à propos du KVS. (Le nom du photographe doit toujours être mentionné explicitement mentionné.)

PERSVERANTWOORDELIJKE

Inge Jooris
inge.jooris@kvs.be
0483 54 73 88

(INTER)NATIONALE SPREIDING

Saskia Liénard
saskia.lienard@kvs.be
0496 55 19 92