In Spite of Wishing and Wanting

Wim Vandekeybus / Ultima Vez

1999. Wim Vandekeybus a déjà tout un répertoire à son actif. Ses créations sont acclamées pour leur qualité intensément physique et poétique. Son intérêt évolue d’une quête des réactions instinctives vers le (l’in)conscient intérieur. Sa vision et son analyse de nos relations homme-femme semblent être des sources d’inspiration sans fond.

Et pourtant, pour son spectacle In Spite of Wishing and Wanting, Vandekeybus prend une décision radicale et travaille avec une distribution exclusivement masculine. Et c’est un succès. Le spectacle fait l’effet d’une bombe, dans le monde entier. Avec un minimum de moyens théâtraux, Vandekeybus réussit à saisir des thèmes osés dans des images magnifiques. Des icônes familières de rêves et de désirs sont dépouillées des clichés psychanalytiques et transposées dans le spectaculaire et poétique langage dansé d’Ultima Vez.

Le spectacle puise sa force dans la symbiose organique entre la danse, le théâtre et la vidéo. Des séquences dansées envoûtantes, portées par la bande sonore sensuelle de David Byrne, se transforment en monologues sur la peur, le désir d’affection et la (terrible) magie du sommeil. Puis, il y a aussi le court-métrage The Last Words signé Wim Vandekeybus lui-même et basé sur deux récits de Julio Cortázar. Un ‘vendeur de cris’ vend à un tyran ses derniers mots, qui provoquent sa débâcle. Les longs travelings et les close-ups intenses réalisés avec les danseurs de la première distribution donnent une dimension supplémentaire là où la limite de la scène semble atteinte.

In Spite of Wishing and Wanting est un jalon dans l’oeuvre de Wim Vandekeybus. A partir de janvier 2016, Ultima Vez reprend cette production emblématique avec une distribution entièrement nouvelle.

Wim Vandekeybus: “Je garde un souvenir particulier de la première tournée de In Spite of Wishing and Wanting dans plus de 50 villes aux quatre coins du monde. Pour la première fois, c’était un spectacle qui ne parlait pas de la chimie entre les hommes et les femmes, mais d’une sorte de désir originel dans un monde peuplé uniquement d’hommes. Déchaînés, sauvages, joueurs, enfantins et un peu effrayés de trop rêver.”

Durée
110
Prix
€ 25 (cat.1) / €22 (cat. 2)
reduction
€ 22 (cat. 1) / € 18 (cat. 2) / € 13 (-26)
Catégorie
Danse