Zwischen

Het nieuwstedelijk & House Crying Yellow Tears

« En pratique, c’est un défi. Mais en réalité, je m’en rends compte, la première et la dernière chose que je ferai et voulais faire avec mon père, vraiment ensemble, à savoir partager la scène… nous allons le faire, pour de vrai. » (Kris Cuppens)

Kris Cuppens (53) a un fils. Il s’appelle Jef. Il a onze ans. Et une fille de dix-huit ans, Jacoba. Son père, Jaak Cuppens (77), approche allègrement des 80 ans. C’est cette distribution que Kris a à ‘offrir’, littéralement, pour son nouveau projet. Si vous connaissez Lied, le texte de Kris (récompensé en 2006 par le Prix d’Ecriture théâtrale de la Taalunie) ou si vous avez vu le spectacle du même nom, monté en 2005/2006, ces personnages principaux vous sont déjà familiers. Même si, en 2005, Jef était un nouveau-né, Jacoba une élève sur les bancs de l’école, Jaak encore combatif et en pleine santé.

Lied aussi était une histoire familiale, une épopée, mais en musique et avec du texte. Cette fois, Kris cherche dans le physique, dans le mouvement, dans la corporéité. De simplement ‘être présent’ sur scène jusqu’au légèrement dansant. Jef est une vraie bête de scène, Jacoba est plus réservée (Kris parle d’elle comme du "trait d’union entre trois égo"), pour Jaak cela dépend des jours, mais son habitude passée des podiums publics (enseignement, politique) resurgit chaque jour dans ses déclarations bien trempées, avec lesquelles il ébranle tout le monde sans le moindre effort.

Nous ne pouvons rien promettre, bien sûr, mais ce spectacle a tout pour devenir un très beau, très émouvant portrait de famille, sur plusieurs générations. Le grand mérite de Lied était que le spectacle réussissait à partir de l’histoire hyperindividuelle de Kris Cuppens à interpeller et à remuer tout le monde. Parce que nous vivons tous la même chose – nous naissons, nous vieillissons et nous mourons. C’est juste que chez Kris, tout est toujours un rien plus intense.

« J’aime le mouvement, la relation des corps, l’attirance et la répulsion, le maniement de l’autre. Mais je le vois aussi comme un 'stand-up-to-the-mic' sur les visions de la vie, l’amour ou le manque d’amour, la sexualité, sur les attentes passées et présentes, sur les échecs et sur ce qui a été réussi. Sur ce qui fait que notre famille est une famille. » (Kris Cuppens)

Kris Cuppens a cofondé De Queeste en 1998. En 2001, il fait son apparition chez Braakland/ZheBilding où il crée Lied en 2006 (qui lui a valu le Prix d’Ecriture théâtrale décerné par la Taalunie et une nomination pour le Prix flamand de la Culture, Arts de la scène) et en 2011 Adem, spectacle hors du commun, acclamé et déchirant.

Ces deux spectacles se penchaient sur la nature éphémère de notre existence, un thème que Kris veut continuer d’épurer dans Zwischen. Depuis la fusion, Kris est un des créateurs incontournables de Het nieuwstedelijk.

 

Kris Cuppens se produit également dans la troisième partie d’Odysseus. Een zwerver komt thuis le 4 février prochain et pendant la représentation marathon du 24 mars.

Durée
90
Prix
€ 17
reduction
€ 13 / € 9 (-26)
Catégorie
Théatre