mer. 24.03.2021 - ven. 02.04.2021

Vlaemsch

Sidi Larbi Cherkaoui, Hans Op De Beeck / Eastman, De Munt & KVS
24.03.2021
-
02.04.2021

L’identité d’artistes tels que le polyphoniste Guillaume Dufay et le peintre Jan Van Eyck était-elle véritablement si flamande que certaines sources aiment à le laisser entendre aujourd’hui ? C’est une question que le chorégraphe Sidi Larbi Cherkaoui et le plasticien Hans Op de Beeck soulèvent dans Vlaemsch

Ils voient des liens avec la Flandre du XVe siècle où prospèrent l’économie, les arts et la culture. Une époque où plus que quiconque, les artistes asseyaient la réputation de la région. L’influence des polyphonistes flamands sur l’histoire de la musique est comparable avec celle des Primitifs flamands sur la peinture. Ce n’est pas un hasard que les deux phénomènes soient une source d’inspiration récurrente pour Cherkaoui et pour Op de Beeck. 

Si ces deux artistes se sentent liés aux protagonistes d’il y a cinq siècles, ce n’est pas en raison d’un quelconque nationalisme romantique, mais de parallèles frappants entre le métier d’artiste à l’époque et aujourd’hui. Les fiamminghi, comme on appelait les artistes provenant des Pays-Bas, étaient connus pour être des novateurs et des esprits libres qui ne se laissaient pas enfermer par des frontières. Ils ne craignaient pas l’expérimentation, travaillaient à une échelle internationale et étaient ouverts aux influences exotiques. 

Le polyphoniste Dufay, fils naturel d’un prêtre, voyage dès son plus jeune âge. Il étudie d’abord en France et fait ensuite des allées et venues entre différentes cours italiennes et celle de Bourgogne. Devenu l’un des plus grands compositeurs flamands du XVe siècle, Dufay est une véritable vedette très sollicitée à l’instar de Jan Van Eyck. Ce dernier – à qui l’on attribue très vite la réputation d’avoir inventé la peinture à l’huile – est sans doute le peintre le plus célèbre d’Europe de son vivant. Nommé Maître pour la première fois à La Haye à la cour du comte de Hollande – Jean de Bavière –, Van Eyck ne s’installe à Bruges qu’après le décès de son patron. C’est alors qu’il devient peintre de cour de Philippe le Bon, mais produit peu durant cette période, car ce dernier l’envoie surtout en mission diplomatique. Grâce à ces voyages, il suit de près les nouveaux développements artistiques qui trouvent écho dans son oeuvre personnelle. 

Sidi Larbi Cherkaoui et Hans Op de Beeck partent en quête de cette identité plurielle, née d’un creuset d’influences et misent sur une nouvelle renaissance. Un manifeste esthétique, philosophique de deux « Maîtres flamands » contemporains. 

En 2018, Cherkaoui et Op de Beeck ont collaboré une première fois à Stoic, la dernière partie de la trilogie que Cherkaoui a créée pour le Göteborgs Operans Danskompani. Le langage formel d’Hans Op de Beeck s’est avéré correspondre parfaitement au vocabulaire gestuel de Sidi Larbi Cherkaoui et vice versa. Après cette première rencontre artistique, les intérêts communs et les points de vue partagés ont donné lieu à une ébauche de cette nouvelle création : Vlaemsch

La Monnaie et le KVS unissent leurs forces pour offrir un plateau à Vlaemsch : une collaboration prestigieuse dans le cadre de Troika. 

Crédits

REGIE & CHOREOGRAFIE / MISE EN SCÈNE & CHORÉGRAPHIE / DIRECTION & CHOREOGRAPHY Sidi Larbi Cherkaoui DECORONTWERP / CONCEPTION DÉCOR / SET DESIGN Hans Op de Beeck
Cookies
Le KVS utilise des cookies. Parce que nous voulons garantir votre confidentialité et améliorer la convivialité de votre visite sur notre site web. Nous pensons qu'il est important que vous sachiez comment et pourquoi nous l'utilisons.
Lire notre politique de confidentialité