© Danny Willems

Oser rêver

Les derniers mois étaient des mois sans théâtre. La raison, vous la connaissez tous. Un virus a paralysé l’économie, le trafic (international), la vie culturelle, bref toute la société. Ralentissement forcé et repli sur soi et ses proches. Pas commode. Une société sans véritables rencontres est une société exsangue, privée de passion. Le théâtre est l’art de la rencontre par excellence. L’art de l’être ensemble. Rire, pleurer, s’emporter ensemble – peu importe – pourvu que ce soit ensemble.

Aujourd’hui, nous osons à nouveau rêver. Dans un monde qui, espérons-le, supporte un peu plus de lenteur. Un monde dans lequel on se bat avec la même urgence contre toutes les autres injustices qui divisent notre société et accroissent les inégalités. Un monde de véritables rencontres humaines. Où mieux qu’au théâtre ? Une nouvelle saison, plus débordante et plus sûre, brille de mille feux pour vous.

Parce que ce ne serait pas malin de recycler de vieilles recettes pour l’été et l’automne, nous avons cherché d’autres solutions. De nouvelles manières de montrer et de vivre les arts du spectacle vivant. C’est possible. Avec des spectacles plus brefs, pour un public plus restreint. En plein air, sur l’esplanade à l’arrière de notre théâtre. Et dans nos salles vidées de leur tribune et parsemées de chaises à distance de sécurité les unes des autres. Une chose est certaine : en septembre, notre maison reprend le fil de ses activités et nous vous présentons, de quelque manière que ce soit, le travail de nos artistes. C’est notre raison d’être et nous le ferons. Différemment qu’avant toutefois. En multiplicité et à plus petite échelle, mais pas avec moins d’intensité ou de passion et avec autant de talent et de qualité.

Nous investissons l’espace et le temps différemment et repensons notre programmation pour un automne à l’épreuve du corona.

Durant KVS CHANGE D'AIR, nous troquons les productions à grande distribution qui devaient inaugurer la saison contre des solos, de petites interventions ou des spectacles à distribution limitée. Nous débutons plus tôt qu’à l’heure habituelle et prévoyons chaque fois une procédure probante pour accueillir notre public et lui permettre de vivre l’expérience théâtrale en toute sécurité.

Parce que nous attachons tant d’importance à ce que les artistes puissent reprendre le travail, nous mettons la main à la pâte pour leur permettre de créer et de se produire. De nouveaux projets avec des habitués et de nouveaux venus au KVS. Ainsi, la chorégraphe Nadine Baboy crée un solo de danse spécialement pour cette période particulière. Et nous lançons un appel ouvert aux artistes qui souhaitent montrer leur travail au KVS.

S’envoler vers ses destinations de vacances favorites n’est pas possible pour le moment, mais se détacher artistiquement du sol est bien possible ! Avec Sangoma Flight, les visages du KVS Junior Mthombeni et Cesar Janssens vous emmènent faire un voyage musical au pays de la soul et du blues – un concert endiablé émanant des sessions d’improvisation lors des répétitions de Malcolm X. À ne pas manquer !

Maaike Neuville et Roy Aernouts concoctent spécialement pour cette arrière-saison hors du commun une création sur mesure. Dans Op een bankje, op een dag, ils réfléchissent à la manière dont nous pouvons véritablement être en relation à l’heure actuelle, sans peur et avec ferveur.

Qui plus est, un certain nombre de spectacles invités enrichissent le début de notre saison : De Meisje de Jaouad Alloul. Et nos voisins du Théâtre National – avec lesquels nous collaborons intensément ces jours-ci – parcourent la ville et viennent nous rendre visite.

Aux productions dont la première n’a pas pu avoir lieu en raison de la clôture prématurée de la saison, nous procurons de nouvelles dates. Ainsi, Moya Michael vous présente la première de Coloured Swan 3 : Harriets ReMix, tandis que Lisbeth Gruwez et la pianiste Claire Chevallier explorent ensemble les espaces entre les notes dans Piano Works Debussy et que la chorégraphe Bahar Temiz s’interroge sur l’apparence que prendra le monde de demain dans son solo ICE.

Nous entamons la saison sur l’esplanade à l’arrière du théâtre avec deux autres visages familiers du KVS : Bruno Vanden Broecke et Valentijn Dhaenens y interprètent leur nouvelle création, Jonathan. Ils sont curieux de savoir quelle voie la science et la technologie vont nous faire emprunter demain et vous font découvrir un robot-soignant, activé par intelligence artificielle. Un spectacle poétique dans lequel la surprise et l’émotion prédominent.

Parce que la situation provoquée par le coronavirus et de l’épidémie de COVID-19 demeure bien entendu un facteur incertain, nous ne vendons provisoirement que des billets pour cette première série de spectacles captivants. Néanmoins, nous souhaitons aussi vous faire découvrir ce que nous vous réservons de beau pour la suite. Un riche éventail de théâtre, de danse, de performances, de conférences, etc., vous attend après octobre. Dès que les choses se concrétiseront pour ces spectacles, nous vous en informerons, afin que vous ne ratiez rien. 

Nous avons hâte de vous retrouver. Nous avons besoin de vous. Aussi incertaine que soit cette période, osons à nouveau. Osons nous rencontrer. Osons rêver.


Michael De Cock
Directeur artistique 

Découvrez la programmation pour 2020-2021

Regardez la présentation de la saison

Cookies
Le KVS utilise des cookies. Parce que nous voulons garantir votre confidentialité et améliorer la convivialité de votre visite sur notre site web. Nous pensons qu'il est important que vous sachiez comment et pourquoi nous l'utilisons.
Lire notre politique de confidentialité