© Sophie Feyder

Commonplace: online expo

Suite à la performance Dear Winnie, nous vous présentons l'expo photo COMMONPLACE. COMMONPLACE est une conversation imaginaire entre deux archives sud-africaines de photos de famille très différentes. Découvrez l'expo ici

Les premières archives datent de 1850 et se composent de l’album d’une famille de fermiers blancs qui couvre plusieurs générations (la collection Fyvie-Drummond). Les secondes archives réunissent le travail de deux photographes noirs, Ronald et Thorence Ngilima, père et fils, qui offraient leurs services aux habitants urbains noirs, de couleur et indiens d’une petite ville aux alentours de Johannesburg dans les années 50 et 60.
 
Les personnes sur les photos ne se sont sans doute jamais rencontrées, néanmoins un dialogue créatif s’engage entre les deux collections. Des liens visuels inattendus font surface et font résonner mutuellement les différents modes de vie à différentes époques et dans différents lieux. Cette juxtaposition ne prétend pas transcender le politique mais met en lumière les détails quotidiens insignifiants qui font du politique quelque chose de profondément intime et personnel.
 
Sophie Feyder est née à Bruxelles mais elle a grandi à New York et au Luxembourg. Après un master en sciences politiques à Paris, elle a finalement combiné son intérêt pour la photographie et pour l’histoire africaine dans un mémoire sur la photographie populaire noire à Johannesbourg. Elle a rencontré Farrell Ngilima lors de son premier voyage de travail sur le terrain à Johannesbourg en 2008. Leur collaboration sur la collection photos du grand-père de ce dernier a été une partie importante de ses recherches de doctorat à l’Université de Leyde (Pays-Bas). Sa thèse intitulée ‘Portraits de résilience : contribuer à une histoire socioculturelle d’un site sud-africain noir à l’aide de la collection photographique Ngilima. Benoni, ’50-‘60’, examine comment des archives photographiques privées peuvent être utilisées comme source historique fiable. Feyder argumente que travailler avec la collection Ngilima lui a permis d’aborder d’une autre manière l’historiographie autour des communautés noires : une histoire concentrée sur de petits gestes quotidiens qui témoignent de la résilience dans le contexte de l’apartheid. Sa thèse traite des thèmes comme les loisirs et la consommation, la naissance d’une culture jeune urbaine et le rôle que jouent les intérieurs pour faire valoir une certaine identité respectable et moderne. Elle a obtenu son grade de docteur à l’université de Leyde en 2016, mention distinction. Feyder habite en ce moment à Bruxelles et elle est cofondatrice de Critical Narratives, une agence créative qui recherche comment combiner l’académique avec les moyens de diffusion visuelle.
 
Si vous êtes interessés à achteter une copie du livre, contactez sophie@margins.be

Cookies
Le KVS utilise des cookies. Parce que nous voulons garantir votre confidentialité et améliorer la convivialité de votre visite sur notre site web. Nous pensons qu'il est important que vous sachiez comment et pourquoi nous l'utilisons.
Lire notre politique de confidentialité